Bien vivre son logement : des solutions existent

Mis à jour le 15/03/2019

Si la question du mal logement est au cœur de l'actualité, pour de nombreuses personnes, elle est une réalité du quotidien. Logement mal isolé, humide, ou plus adapté à son état de santé, installations vétustes... Faut-il changer de logement ? Faire des travaux ? À quel coût ? En Centre Ouest Bretagne, entretien avec Yvonne, une assurée de la MSA d'Armorique qui a bénéficié d'un accompagnement pour son logement et Ludivine Gravier, assistante sociale à la MSA.

À 86 ans, Yvonne(1) reste très attachée à cette maison dans laquelle elle a emménagé en 1950. C'est ici qu'elle vit, seule désormais et malgré ses soucis de santé, elle ne se voit pas vivre ailleurs. "Partir en EHPAD ? Je ne perçois qu'une petite retraite, je n'ai pas les moyens. Et puis chez moi, je m'organise comme je veux".

Une lutte contre le froid

Pour autant, elle est consciente du froid qui régnait jusqu'alors dans sa maison. Pour se chauffer, un unique poêle à bois et des piles de couvertures sur le lit. "La maison est exposée à l'ouest, je n'ai pas beaucoup de soleil et le puits à côté ramène de l'humidité". Yvonne est consciente aussi de ses propres limites physiques : avec ses problèmes de santé, impossible de continuer à chauffer avec le poêle à bois "je ne pouvais plus porter le bois, c'était devenu trop difficile".
Yvonne se rabat alors sur un chauffage d'appoint au pétrole, qui se révèle rapidement gourmand en énergie, au point de la mettre en difficulté financière. Ce mode de chauffage, onéreux, a également des conséquences sur la qualité de l'air à l'intérieur du logement. Elle doit régulièrement ouvrir les fenêtres pour aérer, faisant ainsi rentrer l'air froid à l'intérieur de la maison et l'obligeant à chauffer de plus belle. Un vrai cercle vicieux et une situation qui ne devient plus tenable. Ludivine Gravier, assistante sociale de la MSA, lui propose alors de faire venir l'ALECOB(2) pour effectuer un contrôle de l'air dans la maison. C'est le point de départ du projet d'amélioration de l'habitat d'Yvonne.
Pour Yvonne, c'est un réel soutien "seule, c'était trop compliqué". Pour financer l'aménagement du logement, Ludivine Gravier a orienté Yvonne vers différents acteurs. "Il s'est écoulé presque huit mois entre le début des démarches et des travaux". La question du financement était primordiale et suscitait des inquiétudes chez Yvonne qui redoutait un reste à payer trop conséquent pour ses finances.

Un rythme de travaux adapté

Réalisés au mois d'août dernier par les Compagnons Bâtisseurs, ils auront duré, en tout et pour tout, une semaine. Cela semble peu, mais lorsque l'on est âgé c'est déjà fatiguant, même si les bénévoless des Compagnons Bâtisseurs essaient au maximum de s'adapter au rythme de la personne, cela créé beaucoup de passages dans la maison. "Je ne pouvais pas me reposer aux horaires habituels, le lit dans ma chambre avait changé de place pour les travaux" confie-t-elle.
Isolation des combles, des murs de la chambre, pose d'une rampe et de rideaux thermiques, installation de radiateurs, tout a été fait "selon les souhaits de la personne, rien n'est imposé, par respect" indique Ludivine Gravier. L'assuré et son bien-être sont au cœur des préoccupations du service social, c'est pourquoi "l'adhésion au projet des personnes que l'on accompagne est indispensable". Pour isoler les combles, il a fallu vider le grenier, rempli de souvenirs et d'objets accumulés "j'ai tendance à tout garder, c'est comme ça à la campagne". Là encore, elle n'a pas été laissée seule face à cette tâche, que peut être difficile émotionnellement.

Et maintenant ?

Cette année, Yvonne vit son premier hiver dans sa maison isolée. Les travaux ont atteint leur objectif : elle n'a pas froid. Au contraire, elle coupe elle-même son chauffage en fin de journée pour faire baisser un peu la température. Un confort appréciable et ce n'est pas son chat qui dira le contraire "il est toujours rendu près des radiateurs". Au final, quand on lui demande de faire le bilan de ces changements, elle répond tout simplement "jai fait confiance et je ne le regrette pas".

 
L'accompagnement d'un travailleur social de la MSA autour de l'habitat n'est pas systématique. Il se fait dans des situations de fragilité et de précarisation importantes et répond à des critères précis.


(1) Par respect de la vie privée de l'assurée, son prénom a été modifié.
(2) ALECOB : c'est l'Agence de l'énergie du Centre Ouest Bretagne. L'espace info énergie de l'ALECOB est un service de conseils gratuits et neutres. C'est un lieu privilégié pour concevoir et améliorer son habitat, réduire ses consommations d'énergie, s'informer sur les modes de chauffage, les aides financières...

Zoom sur le guide logement pour les habitants de la Communauté de communes du Kreiz Breizh



Pour tenter de répondre aux problématiques liées à l'habitat, le service social de la MSA d'Armorique a souhaité réunir, dans un même livret et pour tous les publics (actifs, familles, retraités, professionnels), différentes informations concernant le logement.
Organisé en quatre thématiques (rechercher et adapter son logement pour pouvoir rester chez soi, l'amélioration du bâti, les différents professionnels ressources de l'habitat), ce guide est un support d'informations locales concrètes pour les habitants de la CCKB et, plus largement, pour les professionnels locaux.

Télécharger le guide logement